Chaque situation migratoire doit être analysée individuellement, et prendre en compte les liens conjugaux et sanguins construits sur le territoire.
Tant de traquenards politiques ont forcément des conséquences.
Le 22 septembre, dans une lettre ouverte à la site annonce libertine Mission de vérification de lONU, «Timochenko» a tiré la sonnette dalarme, expliquant entre autres choses que les mesures prises par le gouvernement tendent «à dévertébrer et détruire lunité de ceux qui se trouvent dans les zones.
Après plus de quatre heures de discussions durant lesquelles le thème récurrent est la sécurité au niveau de la zone frontalière, ils conviennent de la réouverture progressive de la frontière, après avoir convenu de créer un centre binational pour la lutte contre le crime international.Le débat se révélera plus âpre lorsquil sagira de décider si lorganisation doit se définir comme «marxiste-léniniste» ou non même si, à lexamen du dernier quart de siècle, ce fameux «marxisme-léninisme» des origines sest révélé assez peu orthodoxe.Seulement, tout le monde a mis sa main dans les accords, plus pour le pire que pour le meilleur : non seulement quelques congressistes qui arrivent avec des idées nocives de dernière heure, mais aussi des magistrats, des représentants de lexécutif et le procureur général.Résidus de la pseudo démobilisation paramilitaire montée en 2005 par le président Uribe, ces groupes Autodefensas Gaitanistas de Colombia ou Clan del Golfo (autrefois appelé Urabeños ou Clan Úsuga Los Pelusos, le Bloque Meta et le Bloque libertadores del Vichada, Los Rastrojos, las Águilas Negras.A et b Marie Delcas, «Chaos après la fermeture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie Le Monde, ( lire en ligne ).» Pour faire bonne mesure, il impliqua également dans ce trafic criminel les gouvernements (de gauche) du Salvador et du Nicaragua.Lobjectif commun des migrants des trois sœurs est de quitter le pays à la poursuite dun refuge pour échapper aux guerres sanglantes, à la faim, à lexil, à lexclusion et aux conflits.Les autorités de Bogota ont reconnu les importants efforts des médiateurs de Caracas dans les négociations qui ont mené à la «paix» actuelle.
Une crise diplomatique, humanitaire et migratoire a lieu entre la, colombie (gouvernement du président, juan Manuel Santos ) et le, venezuela (gouvernement du président.Un retour vers la normalisation de la situation?Depuis le 30 novembre 2016, cinq ex-combattants, neuf miliciens et onze parents danciens membres de la guérilla ont été assassinés.La décision de la fermeture indéterminée des routes frontalières a été prise en conformité à létat dexception décrété par le président Maduro, élu depuis 2013, suite à un attentat armé contre deux militaires et un civil vénézuéliens.(en) Carlos Garcia Rawlins, «Venezuelans turn to fish smuggling to survive economic crisis Reuters, ( lire en ligne ).




[L_RANDNUM-10-999]