Les sources de L'École les sites d'annonces érotiques des femmes modifier modifier le code Pour écrire l'histoire de cet homme qui, par crainte d'être trompé, décide d'épouser une ingénue, Molière s'inspire d'un canevas romanesque d'origine espagnole, la nouvelle de María de Zayas y Sotomayor intitulée «El prevenido engañado» (1637).
Avec L'École des femmes, Jouvet démontrait que l'on peut encore faire rire en montant une pièce classique, et sa mise en scène eut une influence considérable sur des metteurs en scène comme Antoine Vitez (qui vit la pièce sept fois et en parlait toujours avec.
; il me prenait et les mains et les bras, Et de me les baiser il n'était jamais las.
C'est par l'introduction de cette dimension morale et idéologique à l'intérieur d'une pièce qui n'oublie jamais d'être comique, que Molière opérait la synthèse entre Plaute et Térence, fondant ainsi un nouveau type de grande comédie.La première transposition notable de L'École des femmes est la mise en scène de Robert Marcy en 1959 au Théâtre de Lutèce.138 Rollinat 2007,. .«Bibliothèque de la Pléiade 2010 Romain Johez, «La Comédie ou l'emprise de Molière dans Christian Biet (dir.Cette «fronde» contre la pièce n'avait visiblement rien qui pût inquiéter réellement Molière, et il sut en habilement en tirer profit : au cours de la traditionnelle trêve de Pâques au cours de laquelle les représentations théâtrales étaient interrompues, il fit imprimer le texte.La Grange Chrysalde, ami dArnolphe.Obscénité et grivoiserie modifier modifier le code L'École des femmes reprend un certain nombre d'éléments dramatiques propres au genre de la farce que Molière avait déjà utilisé dans ses pièces antérieures, au premier rang desquels le thème de l'infidélité féminine, un poncif du genre depuis.Lorsqu'il l'apprend de la bouche d'Horace, Arnolphe enrage et comprend, par la jalousie qu'il éprouve, qu'il aime la jeune fille.Mais le tournage en fut rapidement interrompu.Le Théâtre français du xviie siècle, Anthologie de L'avant-scène Théâtre, 2009 Patrick Dandrey, Molière ou l'esthétique du ridicule, Klincksieck, coll. .Elle ne le fut que le vendredi 1er juin, accompagnée de la Critique, ce qui constitua un évènement, les deux pièces battant des records de recette, celle-ci atteignant jusqu'à 1731 livres pour la représentation du 15 juin.
154 Rollinat 2007,. .
En filigrane, sans ancrer explicitement la pièce dans un contexte contemporain, la mise en scène de Maréchal (ainsi que le décor, blanc et lumineux, qui suggérait une place du pourtour méditerranéen) laissait entrevoir ce que le thème de la pièce avait de contemporain, dans.Antoine Vitez (1978) modifier modifier le code Présentée au Festival d'Avignon en 1978, la mise en scène d'Antoine Vitez fut accueillie triomphalement par un public jeune et enthousiaste et avec consternation par la critique qui, presque unanimement, y vit une trahison de l'esprit de Molière.Références modifier modifier le code Montfleury 1663 lire en ligne.« L'École des femmes de Molière par Jacques Lassalle au Français » (1er décembre 2011 sur le site de France Info (consulté le 30 septembre 2012.) Distribution de L'École des femmes dans la mise en scène de Jacques Lassalle sur le site de la Comédie française.Fin 2011, Jacques Lassalle adapte pour la quatrième fois de sa carrière 57 la pièce de Molière, dans une mise en scène destinée à la Comédie-Française, avec Thierry Hancisse dans le rôle d'Arnolphe et Julie-Marie Parmentier dans celui d'Agnès.Placées sous l'invocation de Ménandre et de Térence (tandis que la farce et la commedia dell'arte étaient rattachées par les théoriciens à la tradition héritée de Plaute et d' Aristophane les comédies n'avaient pas pour objectif principal de provoquer le rire - le comique.141 Émile Copfermann, Roger Planchon, La Cité, Lausanne, 1969 et Théâtres de Roger Planchon, Union générale d'éditions, Paris, 1977, je recherche femme japonaise coll.Horace, demande à Arnolphe d'intercéder en sa faveur auprès de son père, mais le barbon, les femmes cherchent des hommes à tuxtla dévoilant alors son identité, presse le père du jeune homme de ne pas tenir compte des désirs de son fils et de s'en faire obéir.Voir la page consacrée à cette nouvelle sur le site Molière21.


[L_RANDNUM-10-999]