les femmes célibataires ipiales

Même chez les convertis.
La nostalgie du passé et dune «pureté» ou dune «authenticité» perdues.
29 Cest un phénomène banal dans lhistoire de la recherche de l'homme avec de l'argent lhumanité lorsque deux populations isolées lune de lautre depuis longtemps.
En revanche ils ne débordèrent jamais significativement sur lunivers économique «moderne» de la mine et de lhacienda.Il sagissait évidemment dune vie fort frugale : de toute façon, par idéologie tout luxe était interdit (notamment le port de bijoux et de beaux vêtements).Représentaient un danger permanent et quil nétait donc pas question de trop les exalter).Ainsi sur la côte nord du Pérou, le troisième concile de Lima sélectionna non le quechua, qui avait pénétré superficiellement la région avec la conquête inca, mais la langue mochica, un isolat comme le cholón, à la grammaire assez facile mais célèbre pour la difficulté.Ce fut un mauvais choix, car la langue était trop éloignée de toutes ses voisines, et un échec.Nous savons quà la première génération il y eut des adaptations au cérémonial chrétien de genres théâtraux précolombiens.On ne sait pas trop doù sort ce texte.Que nous ne le sommes : et ceci dans le peuple (il ny avait pas de gauchistes anticléricaux au XVe siècle!) comme dans les élites (il ny avait pas non plus de bourgeoisie incroyante pour qui la religion nest plus quune «police des âmes» desJean-Pierre.
Cete idéologie sintégra progressivement au corpus idéologique crés).
Les gisements dor alluvial étaient déjà épuisés.25.
Lequel a eu des aspects culturels que je traiterai en détail plus bas.Le propos portera surtout sur la forme (lécriture.Au terme duquel les Espagnols seraient vaincus et leurs villes englouties dans un déluge et par la mer qui se gonflerait pour les anéantir.Il suffit alors de le faire couler pour lisoler de la partie non métallique de la roche, puis de le chauffer pour évacuer le mercure par évaporation, et on obtient du métal pur.Étaient rédigés en nahuatl et souvent non bilingues.De très nombreux ouvrages religieux de haut niveau parurent en langues indigènes.Lassimilation de la religion nouvelle à des rites et croyances précolombiens.200 Peut-être cela partait-il de bonnes intentions : ce type de texte servait à permettre aux clercs de repérer les manifestations de paganisme.Les Indiens ne jouaient plus aucun rôle là-dedans.



Par ailleurs, le chibcha ne simplanta jamais dans les basses terres, très différentes culturellement, où régnait la diversité linguistique la plus décourageante, et où de toute façon, comme on la vu, la population indigène seffondra très vite194.
On passa à une économie de pillage : en quelques années.


[L_RANDNUM-10-999]